Vidéo : reportage avec les humanitaires bloqués par l’armée indonésienne après le séisme

"Hommes, chiens, toubibs, médicaments : ils s’en foutent. Ils veulent du pognon."

Après la série de tremblements de terre qui a fait de nombreuses victimes en Indonésie, le pays a formulé un appel à l’aide internationale. Mais l’armée, craignant une ingérence étrangère, a bloqué et ralentit les secouristes. Patrick Villardry est président de l’ONG ULIS (Unité Légère d’intervention de Secours), qui tente de venir en aide aux sinistrés.

Coline Morand pour Konbini news l’a rencontré et a suivi son équipe, découragée par ce sentiment d’impuissance. "L’aide qui a été demandée est une aide bidon", explique-t-il. Forcés d’abandonner et de rentrer en France, les humanitaires d’ULIS sont frustrés : "Je ressens de la colère contre les institutions militaires de nous avoir fermé la porte à quelques kilomètres de notre arrivée", se désole Patrick Villardry.