18 millions d’emplois créés d’ici 2030 grâce à la lutte contre le réchauffement climatique

C’est un rapport pour le moins optimiste que l’Organisation internationale du travail (OIT) a rendu ce lundi 14 mai.

Au-dessus de la planète est suspendue une épée de Damoclès. Selon les préconisations de l’accord de Paris, il faut limiter à +2 °C le réchauffement climatique pour éviter un scénario-catastrophe, qui impliquerait des cyclones, des sécheresses et vagues de chaleur, des extinctions d’espèces, ou encore la montée du niveau de la mer.

L’Organisation internationale du travail (OIT) a rendu un rapport plutôt optimiste ce lundi 14 mai. Non seulement la transition écologique est inéluctable, mais en plus, elle va entraîner la création de millions d’emplois – 24 millions pour être précis, auxquels il faut soustraire les 6 millions que de tels changements vont aussi faire disparaître. L’OIT a ainsi publié un communiqué de presse sur son site Internet :

"L’action visant à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius va se traduire par suffisamment de créations d’emploi pour compenser largement les 6 millions de suppressions d’emploi faites ailleurs."

Par un savant calcul, on arrive donc à la conclusion que la lutte contre le réchauffement climatique va créer 18 millions d’emplois d’ici 2030. L’OIT est une agence de l’ONU, qui regroupe les représentants des gouvernements, des employeurs et des salariés de 187 États membres, comme le rappelle Le Monde. Les conclusions de son rapport, Emploi et questions sociales dans le monde 2018 : une économie verte et créatrice d’emploi, sont certes encourageantes, mais elles restent soumises à conditions.

Ce futur ne serait en effet possible qu’avec le concours des gouvernements, qui devront mettre en place les politiques nécessaires à la promotion d’une économie plus respectueuse de l’environnement.

"Le rapport demande aux pays de prendre des mesures d’urgence pour former les travailleurs aux compétences exigées par la mutation écologique de l’économie et pour leur fournir la protection sociale qui facilitera leur transition vers de nouveaux emplois."

Les continents qui vont bénéficier de ces créations nettes d’emplois sont les Amériques, l’Asie, le Pacifique et l’Europe, tandis que les pertes devraient plutôt être observées au Moyen-Orient et en Afrique.

L’organisation a passé en revue 163 secteurs de l’économie, et la bonne nouvelle, c’est que la grande majorité d’entre eux va bénéficier d’une création nette d’emplois, puisque seuls 14 devraient subir des suppressions d’emplois supérieures à 10 000 postes à l’échelle mondiale. À noter que dans les secteurs de l’extraction pétrolière et du raffinage, 1 million d’emplois, voire plus, devraient être détruits.

Le ministre de l’Écologie Nicolas Hulot a accueilli le rapport avec enthousiasme sur Twitter.