Ambiance start-up : Édouard Philippe va faire passer des entretiens d’évaluation à ses ministres

Le gouvernement : cette grande et belle entreprise !

Emmanuel Macron le revendique : il vient du privé. Et il n’a jamais caché son intention de ramener ses bonnes vieilles méthodes de management jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Dans les entreprises, les évaluations annuelles des employés sont monnaie courante, mais dans l’administration c’est un peu plus curieux. L’ambiance est donc résolument en mode start-up dans le gouvernement formé par Édouard Philippe.

Mercredi 30 mai, le Premier ministre a fait savoir sur Twitter qu’il allait recevoir chaque ministre un par un, "pour faire le bilan de l’avancement de leurs feuilles de route et vérifier qu’ils sont engagés sur des objectifs concrets et lisibles pour nos concitoyens".

Sans grande surprise, c’est à la demande d’Emmanuel Macron que ces petits rendez-vous ont été planifiés, comme le rapporte France Info. Le président de la République avait d’ailleurs déjà reçu l’ensemble de l’équipe gouvernementale lors d’entretiens individuels en février dernier, avec un même objectif : "faire un point sur les réformes afin d’ajuster leur feuille de route pour la rentrée", comme le détaillait Le Monde.

En tête-à-tête

Que faut-il donc attendre de ces entretiens ? La nature des échanges devrait sérieusement varier selon les ministres. Certains d’entre eux pourraient saisir cette opportunité pour claquer la porte. Au hasard, on pense à Nicolas Hulot. Le ministre malheureux du gouvernement s’est fixé jusqu’à l’été pour réévaluer son utilité. Le nouveau revers qu’il a subi cette semaine – l’interdiction du glyphosate a finalement été rejetée par les députés – va certainement nourrir un peu plus sa réflexion.

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal devra certainement répondre des couacs de Parcoursup, la nouvelle plateforme d’admissions post-bac.

De son côté, la ministre de la Santé Agnès Buzyn peut s’attendre à recevoir des félicitations pour la réussite de son plan antitabac. Un million de personnes ont en effet arrêté de fumer depuis 2016 en France.

Enfin, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb sera certainement amené à s’expliquer sur les propos hasardeux qu’il a tenus mercredi 30 mai, lors d’une audition devant le Sénat :

"Les migrants aussi font un peu de benchmarking, pour regarder les législations à travers l’Europe qui sont les plus fragiles."

Nicole Belloubet pour la Justice, Jean-Yves Le Drian aux Affaires étrangères, Florence Parly pour les Armées ou encore le très discret Jacques Mézard à la Cohésion des territoires… tous vont passer sur le grill au mois de juillet prochain. On croise les doigts pour eux !