Malte accueillera l’Aquarius et ses 141 passagers seront répartis entre six pays de l’UE

Après quatre jours de tergiversations, l’île de Malte a finalement accepté d’accueillir le bateau humanitaire. Ses passagers seront répartis entre six pays de l’Union européenne.

Avec ses 141 passagers à bord, le bateau humanitaire affrété par SOS Méditerranée était bloqué entre l’Italie et Malte, les deux pays refusant de le laisser accoster dans l’un de leurs ports. Mardi 14 août, le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, s’est dit prêt à accueillir l’Aquarius, via un message sur son compte Twitter :

"Malte va autoriser l’Aquarius à accoster dans l’un de ses ports, bien qu’aucune loi ne l’y oblige. Les 141 personnes à bord seront réparties entre la France, l’Allemagne, le Luxembourg, le Portugal et l’Espagne. Plus d’informations à venir."

C’est donc au prix d’un accord passé entre ces six pays de l’Union européenne que Malte a bien voulu accueillir le navire de sauvetage. Pour rappel, l’Aquarius a secouru 141 personnes, vendredi 10 août, au large des côtes libyennes. Parmi ces rescapés, on compte une moitié de mineurs et un tiers de femmes, essentiellement originaires de Somalie et d’Érythrée, selon Le Point.

La France va accueillir 60 personnes

Deux localités en France s’étaient portées volontaires pour accueillir l’Aquarius, Sète et la Corse, sans que l’exécutif français ne réagisse ou ne commente ces appels du pied. On sait d’ores et déjà que l’Espagne accueillera 60 d’entre eux, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, l’ayant fait savoir sur son compte Twitter.

"L’Espagne a coordonné un accord pionnier avec 6 pays afin de répartir l’accueil des personnes à bord de l’Aquarius. Cela a été rendu possible grâce au chemin que nous avons emprunté en juin, promouvant une sortie commune et solidaire de la crise liée aux flux migratoires. L’Espagne va accueillir 60 personnes".

Dans son message, il a également fait référence à l’épisode de juin dernier, lorsque le bateau affrété par SOS Méditerranée s’était déjà retrouvé dans la même situation, avec à son bord 629 passagers. C’est finalement en Espagne, dans le port de Valence, que l’infortuné navire avait trouvé refuge.

Avant l’annonce de l’accord ce mardi 14 août, le Portugal s’était dit prêt à prendre en charge 30 passagers, comme le rapporte Le Figaro. De son côté, le président français, actuellement en vacances au fort de Brégançon, s’est félicité de la signature de cet accord sur Twitter.

Le communiqué de presse diffusé par l’Élysée se félicite également de cette "initiative franco-maltaise." Il précise que la France accueillera "60 personnes en besoin de protection".