Attentat déjoué : il envisageait d’utiliser un poison hautement toxique

Le 11 mai dernier dans le 18e arrondissement de Paris, un jeune homme d’origine égyptienne s’apprêtait à commettre un attentat à l’explosif ou à la ricine, un poison 6 000 fois plus toxique que le cyanure.

Graines de ricin (© Flickr/Muséum de Toulouse)

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a dévoilé ce matin sur BFM TV qu’un projet d’attentat par un jeune de 20 ans d’origine égyptienne venait d’être déjoué. "Ils avaient des tutoriels qui indiquaient comment construire des poisons à base de ricine." Ce puissant poison est considéré comme une arme biologique. En 2013, des lettres anonymes piégées à la ricine avaient été envoyées à plusieurs personnalités politiques américaines, comme Barack Obama.

12 000 fois plus toxique que le venin du crotale

La ricine est un poison végétal que l’on trouve dans les fèves du ricin, un arbrisseau de la famille des euphorbiacées présent en Afrique tropicale, en Inde, en Chine et au Brésil. Peu coûteux et facile à se procurer, ce poison est le plus fort du monde végétal. Ses effets sont irréversibles et peuvent entraîner la mort. On peut le trouver sous forme de poudre ou d’aérosol.

Inhalé, il provoque des œdèmes pulmonaires hémorragiques. Ingéré, il s’attaque au foie et au pancréas provoquant de graves vomissements, des diarrhées et une déshydratation intense. Un dixième de grammes peut provoquer la mort d’une personne de 100 kg.

Elle peut facilement être diluée dans de l’eau sans en modifier le goût, mais aussi introduite dans un aliment ou dispersée à l’aide d’un aérosol.

La ricine n’a aucun antidote. Des recherches sont menées par l’armée française. Un anticorps capable d’inhiber le poisson a été découvert, mais il doit encore être validé par le terrain pharmacologique.

Placé en garde à vue, l’étudiant a été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" d’après Le Monde. Le deuxième homme a également été interpellé, puis finalement mis hors de cause.