Le chirurgien qui dit refuser de soigner les cheminots en grève "assume totalement"

Une chose est sûre : le docteur Henri Robin n’a pas participé à la cagnotte de soutien aux cheminots grévistes…

"En raison d’un mouvement social du Dr Henri Robin, il ne recevra ce jour aucun salarié de la SNCF. En cas de problème urgent, ils peuvent consulter à la clinique de Nogent" : voici le message qui est affiché sur la porte du cabinet du docteur Robin depuis mai dernier.

Ce chirurgien orthopédique opérant à Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, n’apprécie pas du tout le mouvement de grève des cheminots et a tenu à le faire savoir :

"Le docteur Robin est usager du RER pour venir au travail. Il a une voiture diesel polluante qu’il utilisera aujourd’hui pour venir ; mais tous ceux qui prennent le RER n’ont pas cette chance.

À bientôt 58 ans, ça fait donc six ans qu’il travaille pour payer des retraites à des gens plus jeunes que lui."

En guise de conclusion, le panneau dit : "Liberté (de circuler), égalité (pour tous métiers), fraternité (pour les vrais faibles, pas pour les statuts protégés)." Cette affiche, prise en photo et mise en ligne sur Twitter a beaucoup fait réagir, et une plainte avait été déposée à son encontre au Conseil départemental de Seine-et-Marne de l’Ordre des médecins.

Malgré cela, le docteur Robin est fier de son coup. Interrogé par Le Parisien ce lundi 4 juin, il a assuré n’avoir refusé aucun patient, mais surtout n’avoir "aucun regret". "Je suis même très fier, j’ai appuyé là où ça fait mal. Ce n’est pas politiquement correct, mais j’assume totalement", poursuit-il.

Pour le chirurgien orthopédique, le statut de cheminot n’a aucune raison d’exister, et donc de subsister, car ce métier consisterait à rester "le cul sur une chaise en appuyant sur un bouton et une pédale 6 h 37 par jour" :

"Comme tout le monde, je vais au boulot en RER la plupart du temps, et cette grève m’a fortement énervé.

Elle est scandaleuse car elle défend une injustice, celle de faire partir, dix ans avant l’âge normal de la retraite, une profession qui a un travail normal, pas particulièrement difficile ou pénible, sans aucune justification médicale."

"Avec ce texte, j’ai dit avec humour ce que tant de gens pensent tout bas", conclut le médecin qui promet de laisser son affiche jusqu’à ce que le mouvement de grève prenne fin.

Image de couverture : © Doubichlou14/Flickr/CC.