Donald Trump annule un programme de la Nasa qui servait à mesurer le réchauffement climatique

Voilà ce qui se passe quand on élit un président climatosceptique…

"Quand est-ce que notre pays va arrêter de gaspiller son argent sur le réchauffement climatique et tellement d’autres choses vraiment stupides ?", se demandait, en 2014, un Donald Trump encore simple citoyen américain sur Twitter. Si la question n’était alors que rhétorique, quatre ans et une élection présidentielle au résultat imprévisible plus tard, il revient à ce même Donald Trump de trancher la question.

Ses positions n’ont visiblement pas changé, puisque le pensionnaire de la Maison-Blanche vient de décider l’arrêt du programme de la Nasa qui permettait de surveiller le dioxyde de carbone et le méthane − deux gaz à effet de serre connus pour accélérer le réchauffement climatique − présents dans l’atmosphère.

Révélée par la revue Science le mercredi 9 mai, cette information a depuis été confirmée par un porte-parole de la Nasa : "L’administration du président Donald Trump a discrètement tué le CMS." Doté d’un budget annuel de 10 millions de dollars, le Carbon Monitoring System (ou CMS) cherchait notamment les sources d’émission et les puits de dioxyde de carbone, avant de créer des modélisations en haute résolution de ses flux sur la Terre, comme le détaille Le Parisien.

Selon le magazine Science, la Nasa est restée lapidaire quant aux motifs de suppression d’un tel programme, invoquant "des contraintes budgétaires et des priorités plus pressantes au sein du budget scientifique".

En effet, dix millions de dollars par an, ça fait cher pour quelqu’un qui considère le réchauffement climatique comme une pure invention. Donald Trump voit en effet, dans chaque épisode neigeux, la preuve qu’il faut cesser de croire à ces "billevesées".

"Dans l’est du pays, la nuit du Nouvel an pourrait être la plus froide jamais enregistrée. Peut-être pourrait-on utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique pour lequel notre pays, contrairement aux autres, va débourser des milliards de dollars. Couvrez-vous !"

En juin dernier, Donald Trump annonçait déjà le retrait retentissant des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Depuis, le président américain a carrément censuré l’expression "changement climatique" et nommé à la tête de la Nasa un ancien élu républicain notoirement climatosceptique.

L’annulation de ce programme sur les gaz à effet de serre a le mérite de régler la question dans l’esprit du chef d’État. Car comme l’écrit si bien la revue Science, un problème n’en est plus un dès lors qu’on ne peut pas le quantifier…

Image de une : © Gage Skidmore/Wikimedia/CC