Emmanuel Macron, le "provincial" qui boit du vin "midi et soir"

Et Jupiter devint Bacchus.

Jeudi 22 février, alors qu’il rencontrait des agriculteurs, Emmanuel Macron a fait plusieurs déclarations en off aux journalistes présents. On a alors appris que le président de la République était un consommateur très régulier de vin : "Moi, je bois du vin le midi et le soir."

Emmanuel Macron a totalement rejeté l’idée de durcir la loi Evin au sujet de la publicité pour les boissons alcoolisées, n’hésitant pas à citer son prédécesseur Georges Pompidou en déclarant qu’il ne voulait pas "qu’on emmerde les Français" avant d’ôter toute idée de nocivité :

"Tant que je serai président, il n’y aura pas d’amendement pour durcir la loi Evin. […]

Il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se saoule à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin."

Agnès Buzyn bien seule face aux lobbies du vin

Même son de cloche du côté du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, pour qui "le vin, c’est un alcool qui n’est pas fort" :

"Il y a de l’alcool dans le vin mais c’est un alcool qui n’est pas fort, [il] fait partie de notre culture, de notre tradition, de notre identité nationale. Il n’est pas notre ennemi."

Avec ces propos, les chefs d’État et du gouvernement contredisent complètement le discours de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Interrogée sur France 2 le 7 février dernier lors de l’émission de France 2 "Alcool : un tabou français", cette dernière avait affirmé totalement l’inverse en déclarant :

"L’industrie du vin laisse croire aujourd’hui que le vin est différent des autres alcools. En termes de santé publique, c’est exactement la même chose de boire du vin, de la bière, de la vodka, du whisky, il y a zéro différence !

On a laissé penser à la population française que le vin serait protecteur, qu’il apporterait des bienfaits que n’apporteraient pas les autres alcools. C’est faux."

Les lobbies du vin sont en bonne place à l’Élysée. Extrêmement puissants, ils travaillent d’arrache-pied à introduire l’idée selon laquelle le vin serait un alcool moins nocif que les autres, invoquant la tradition française aux dépens de la prévention. Or l’addictologue Jean-Pierre Couteron rejoint la ministre de la Santé en rappelant pour France Inter qu’il s’agit bel et bien d’une "boisson alcoolisée comme les autres" :

"Le vin c’est une boisson alcoolisée comme les autres puisqu’elle contient la même molécule d’éthanol, a donc le même risque par rapport au cancer et aux maladies associées à cette molécule."

"Dis-moi ce que tu bois, je te dirai quel président tu es"

Au regard de la suite de la conversation d’Emmanuel Macron avec les journalistes, on comprend qu’il s’agit surtout d’une stratégie de communication visant à le rapprocher du peuple et des traditions à la française. En effet, le chef d’État a invoqué et insisté sur ses origines "provinciales" :

"Je suis né à Amiens et l’autre partie de ma famille était des Hautes-Pyrénées. Je suis très à l’aise dans cette France.

Je suis un provincial, je suis monté à Paris à 16 ans. Je ne considère pas qu’il y aurait une France des villes et une France des champs, même s’il y a un rapport au temps qui n’est peut-être pas le même."

Une déclaration sur le vin et les Français qui tombe à pic alors qu’il est accusé de mener une politique de droite et d’être le président des riches. Cette communication diffère de celle de ses prédécesseurs. À la manière d’un "dis-moi ce que tu bois, je te dirais quel président tu es", on a relevé trois cas particuliers :

On a connu un Jacques Chirac fan de bière

L’ancien président Chirac vantait sans concession les mérites de la bière, en particulier la mexicaine de la marque Corona, osant même déclarer : "Bien sûr que je suis de gauche ! Je mange de la choucroute, je bois de la bière !"

"Jamais une goutte d’alcool pour Sarkozy"

Quant à Nicolas Sarkozy, il organisait de régulières mises en scène pour avoir l’image d’un chef d’État énergique. Sans cesse photographié en train de faire son jogging, il est allé jusqu’à déclarer en 2016 n’avoir "jamais bu une goutte d’alcool de [sa] vie" :

"Et alors Ricard… je n’ai jamais bu une goutte d’alcool de ma vie, jamais. Vous vous rendez compte ce truc-là ? Et pourtant je me suis amusé, je vous le dis."

Et pour Hollande, surtout pas de champagne : "ça fait riche"

Enfin, le président de la maison homonyme Pierre-Emmanuel Taittinger avait pour sa part révélé au Journal du dimanche que l’ancien président de la République François Hollande refusait de boire du champagne parce que "ça fait riche". Ne se contentant pas seulement de ne pas en consommer, l’ex-chef d’État aurait même demandé qu’il n’y en ait pas à l’occasion d’une visite officielle de la chancelière allemande Angela Merkel à Reims en 2012 :

"M. Hollande n’a demandé qu’une seule chose pour cette célébration de la réconciliation franco-allemande : ne pas boire de champagne. Boire du champagne, ça fait riche, alors on n’en boit pas."

via GIPHY