"Escroquerie au président" : le faux Jean-Yves Le Drian entendu par la justice

Gilbert Chikli se faisait passer pour le ministre de la Défense pour extorquer de l’argent à des personnalités fortunées.

https://www.youtube.com/watch?v=tNE3qE1G_P0

Il est l’inventeur de cette arnaque, qu’il a baptisé "l’escroquerie au président". Gibert Chikli, franco-israélien de 53 ans, est entendu ce mercredi 4 juillet par un juge parisien pour avoir tenté de soutirer de l’argent à 150 personnalités, en se faisant passer pour l’actuel ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Ce dernier a porté plainte l’été dernier.

Dans son édition du mercredi 4 juillet, Le Canard enchaîné revient sur "Les rocambolesques aventures du faux Le Drian".

L’affaire commence en 2015, alors que Jean-Yves Le Drian est ministre de la Défense — une position dont Gilbert Chikli s’imagine pouvoir tirer profit. Il met au point une arnaque à la méthode simple : cibler des personnalités fortunées et tenter de leur soutirer de l’argent en se faisant passer pour le ministre.

L’argument des otages français

En tout, il a tenté d’extorquer "80 millions d’euros à de grandes entreprises, des grands patrons, ou des personnalités politiques", comme l’explique Le Parisien, parmi lesquelles Nicolas Hulot, Brigitte Bardot et même la Banque du Vatican, comme le précise BFM TV.

Sur les 150 personnes contactées par Gilbert Chikli, trois tombent dans le panneau, l’homme ayant su se montrer convaincant. Lorsqu’elles décrochent, ses victimes sont persuadées de parler avec le ministre de la Défense à la recherche de liquidités pour libérer des otages français, retenus en Syrie. Les ravisseurs réclament 40 millions d’euros, selon le faux Jean-Yves Le Drian.

Corinne Mentzelopoulos est copropriétaire et gérante des vignes du Château Margaux, dans le Médoc. Après un premier coup de téléphone, elle reçoit en mars 2016 une lettre à en-tête du ministère de la Défense, lui assurant qu’elle sera remboursée, comme le précise RTL. La gérante du Château Margaux effectue alors trois virements sur un compte en Suisse. Montant de l’escroquerie : 5,95 millions d’euros.

Le Canard Enchaîné rapporte également qu’il arrivait à Gilbert Chikli de se faire passer pour le Prince Albert II de Monaco.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Albert_II_Prince_of_Monaco_Senate_of_Poland_02.JPG

Rattrapé à Kiev en août 2017

Le vrai et le faux Jean-Yves Le Diran pourraient bien se croiser ce mercredi 4 juillet, puisque les deux hommes doivent être entendus par un juge à Paris. Longtemps réfugié en Israël pour échapper à la justice française, Gilbert Chikli et l’un de ses complices présumés ont finalement été arrêtés à Kiev, en août dernier.

Durant son séjour en Terre sainte, il avait donné cette interview surréaliste à la chaîne d’informations i24NEWS, où il se disait prêt à tout pour échapper à la justice française :

"Je ne rentre pas en France, parce que pour l’instant, je ne fais pas confiance à la justice française. Je sais de source sûre qu’ils n’en feront pas une affaire de justice, mais une affaire personnelle. Ils vont purement et simplement essayer de se venger."

En 2015, Gilbert Chikli avait été condamné en France à sept ans de prison pour ses arnaques au "faux président".