Le maire de Londres veut lutter contre les pubs de malbouffe

Sadiq Khan a décidé de chasser des transports en commun londoniens les publicités pour la nourriture non diététique.

Pour lutter contre le fléau de l’obésité infantile, Sadiq Khan veut réduire la visibilité de la nourriture malsaine à Londres. "Je propose d’interdire la publicité pour la malbouffe dans tout notre réseau de métro et de bus", a ainsi déclaré le maire sur Twitter.

Son but est de réduire l’impact de ces publicités sur les enfants et les familles. L’élu se donne jusqu’à 2028 pour faire baisser le taux d’obésité dans sa ville, en interdisant notamment l’ouverture de fast-foods à proximité des établissements scolaires – ce qui est avisé, quand on sait qu’au Royaume-Uni un tiers des jeunes collégiens sont en surpoids.

Dans le reste du pays, une taxe sur les sodas est déjà entrée en vigueur depuis début avril, tandis que les publicités pour de la nourriture trop grasse, sucrée et salée visant les enfants sont déjà interdites à la télévision, sur Internet et dans la presse depuis juillet 2017.

L’initiative a été saluée par l’Ordre royal des pédiatres britanniques : "L’obésité a un impact énorme sur les communautés d’un bout à l’autre du pays, en particulier celles qui vivent dans des zones défavorisées, et l’un des principaux facteurs de sa croissance est la publicité", comme l’explique son président, Russell Viner.

Selon une étude publiée dans The Lancet, le nombre d’enfants obèses dans le monde a été multiplié par plus de dix depuis 1975, passant de 11 millions à 124 millions en 2016.