"Il faut saisir l’Aquarius" : des militants de Génération identitaire ont envahi les locaux de SOS Méditerranée

"Les individus ont mis dehors tout le personnel qui était présent."

© Igor Petix/Kontrolab/LightRocket via Getty Images

Vendredi 5 octobre, une vingtaine de militants du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire ont envahi et brièvement occupé les locaux de l’association de sauvetage de migrants SOS Méditerranée à Marseille, avant d’être interpellés et placés en garde à vue, a-t-on appris de sources concordantes.

"Les individus ont mis dehors tout le personnel qui était présent" et déployé une banderole à la fenêtre "SOS Méditerranée complice du trafic d’être humain", a indiqué un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique à l’AFP.

Aucune personne n’a été blessée et les individus ont été interpellés sans incident très rapidement après le début de leur action, vers 14 heures, a précisé la même source. De son côté, l’ONG a réagi sur Twitter :

Vingt-deux personnes ont été placées en garde à vue dans les commissariats de la ville dans le cadre d’une enquête de flagrance ouverte pour "violences volontaires et séquestration en réunion", a indiqué la police. "Les plaintes de SOS Méditerranée sont en cours d’enregistrement", a-t-elle ajouté.

"Génération identitaire occupe les locaux de SOS Méditerranée à Marseille, l’ONG pro-migrants complice du trafic d’êtres humains. Il faut saisir l’Aquarius !", a revendiqué sur son compte Twitter Romain Espino, porte-parole du groupuscule d’extrême droite.

Il y a également publié une vidéo montrant des militants à la fenêtre des bureaux de SOS Méditerranée, dans un immeuble du centre-ville de Marseille, tenant leur banderole et agitant des fumigènes.

L’association qui affrète l’Aquarius avec Médecins sans frontières, menacée de perdre le pavillon panaméen de son navire, a appelé à une manifestation samedi dans une trentaine de villes de France et d’Europe afin de soutenir ses opérations de sauvetage.

Sous la bannière "Defend Europe", l’action de Génération identitaire s’est focalisée dernièrement sur les migrants, en Méditerranée ou dans les Hautes-Alpes. Dans le passé, elle avait ciblé des mosquées.

Konbini avec AFP