La pollution aurait un impact "considérable" sur le niveau d’intelligence

Y’a plus qu’à arrêter de respirer.

© Brocken Inaglory/Wikipedia CC

Respirer de l’air à un fort taux de toxicité équivaut en moyenne à perdre une année d’éducation. En effet, c’est ce que révèle une étude chinoise publiée par la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences et rapportée par The Guardian.

Réalisée entre 2010 et 2014 sur 20 000 personnes par Xin Zhang, Xi Chen et Xiaobo Zhang, cette étude estime que la pollution de l’air entraîne une réduction "considérable" des performances cognitives. Les cobayes ont été soumis à des tests de langage et d’arithmétique et leurs résultats étaient bien moins bons en période de pics de pollution.

Si l'étude a été menée en Chine, elle est applicable à travers le monde. En effet, selon The Guardian, 95 % de la population mondiale respirerait de l'air pollué. Il ne servirait donc à rien de déménager : "C’est la même chose où que vous viviez", a avancé Xi Chen, membre de l’équipe de chercheurs. Il a ajouté : 

"L’impact est d’autant plus important sur les personnes âgées, surtout ceux qui ont plus de 64 ans, mais aussi sur les hommes et les personnes les moins éduquées. Si on calcule la perte de leur niveau d’éducation, on peut l’estimer à quelques années."

Une information inquiétante quand on sait que seuls 5 % des Terriens respirent un air sain et que la pollution est responsable chaque année de 7 millions de décès prématurés dans le monde. Rien qu’à Paris, la pollution est responsable d’une réduction jusqu’à deux ans de l’espérance de vie de ses habitants.