France : les chiffres des violences faites aux femmes ont augmenté de manière inquiétante

Le ministre de l’Intérieur a présenté son bilan de sécurité, et les nouvelles ne sont pas bonnes.

© Robert Deyrail / Gamma-Rapho via Getty Images

En France, les femmes restent les premières victimes de violences physiques. C’est l’implacable constat du bilan présenté ce jeudi 6 septembre par Gérard Collomb. Le ministre de l’Intérieur avait convoqué la presse pour faire état des chiffres collectés depuis le début de l’année 2018.

Si les atteintes aux biens sont en baisse, on constate une augmentation générale "des atteintes volontaires à l’intégrité physique de la personne", de l’ordre de 5,7 % comme le rapporte Le Monde.

Les plaintes pour coups et blessures volontaires progressent de 7,5 %, soit quelque 10 000 faits en plus par rapport à l’année dernière. Très souvent la victime est une femme et, dans 75 % des cas, les violences ont lieu au sein de la famille.

Hausse de 23 % des violences sexuelles

Autre fait alarmant : les violences sexuelles ont augmenté de plus de 23 % depuis l’année dernière sur la même période. 2017 était déjà une année record au regard du nombre de plaintes déposées. Depuis le mois de janvier, les forces de l’ordre ont traité 3 357 faits de harcèlement sexuel en plus par rapport à l’année dernière.

Comment expliquer une telle explosion ? Le ministre de l’Intérieur invoque une libération de la parole grâce aux mouvements #MeToo ou #BalanceTonPorc, qui auraient encouragé les femmes à porter plainte, et du même coup fait grimper les statistiques. Mais cela ne suffit pas à expliquer une telle inflation.

Aussi Gérard Collomb a-t-il annoncé la création dès le mois d’octobre d’une "plate-forme de signalement des violences sexuelles et sexistes" afin de rendre les signalements plus faciles.

En effet, porter plainte pour viol dans un commissariat peut parfois relever du parcours de combattantes. Il y a quelques semaines Lina et Marie nous racontaient.