L’étoile de Trump sur Hollywood Boulevard a été fracassée à la pioche

Installé depuis plus de 10 ans sur la célèbre "promenade des célébrités" de Los Angeles, le symbole étoilé du président américain a été vandalisé… encore.

(© Gabriel Olsen/Getty Images)

Grogne populaire

C’est un certain Austin Clay, 24 ans, qui signe le méfait : ce dernier a dissimulé une pioche dans un étui à guitare et s’est attaqué à l’étoile de granit aux alentours de 3 heures 30 du matin, mercredi 25 juillet, frappant rigoureusement la structure sans franchement alerter les passants, en témoigne une vidéo de TMZ :

"Cramé ! L’étoile de Donald Trump installée sur la promenade des célébrités d’Hollywood n’a aucune chance devant son dernier assaillant."

Le jeune homme aurait ensuite lui-même signalé son acte à la police, leur lançant "à bientôt" par téléphone, avant de se rendre quelques heures plus tard. Il a été relâché moyennant une caution de 20 000 dollars.

Attaque au marteau, tags et crachats

L’an dernier, un autre vandale avait écopé de trois ans de sursis, 20 jours de travaux d’intérêt général et de 4 000 euros d’amende pour avoir détruit la même plaque au marteau et à la pioche déguisé en ouvrier du bâtiment, en octobre 2016. Une fois appréhendé, il avait expliqué son objectif premier : extraire l’étoile pour la vendre aux enchères et financer un fonds d’aide aux femmes qui avaient accusé le président Trump de harcèlement sexuel.

En janvier 2016, le street artist Plastic Jesus avait construit une enceinte miniature surmontée d’un fil barbelé autour de l’étoile de Donald Trump pour critiquer la volonté du candidat de construire un mur continu à la frontière mexicaine.

Installée en 2007 alors que l’homme d’affaires animait l’émission de téléréalité "The Apprentice", la plaque de granit rose gravée au nom de Donald Trump récompense son travail en tant que producteur des shows de Miss America, dit le Huff Post.

Foulée par les passants de Hollywood Boulevard au même titre que 2 500 autres étoiles, celle de Donald Trump est régulièrement visée par les crachats, les autocollants et les tags – dont une croix gammée en début d’année et un grand X jaune en septembre 2015.

La Chambre de commerce de Hollywood, qui attribue les plaques étoilées parmi une centaine de candidatures annuelles, a indiqué qu’elle préférait que les gens "indiquent leur colère de manière plus positive qu’en vandalisant un symbole de la Californie […]. Les gens peuvent avoir un impact en votant, pas en détruisant les biens publics".

Quels que soient les actes de vandalisme observés, aucune étoile n’a jamais été retirée du Walk of Fame.