Liu Xia, veuve du Prix Nobel et dissident chinois Liu Xiabo, a quitté sa résidence surveillée pour l’Allemagne

La poétesse, qui s’était dite prête à "se laisser mourir", a pu décoller de Pékin mardi 10 juillet, pour se rendre en Allemagne.

© DR

Le 13 juillet 2017, le dissident chinois et prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, décédait d’un cancer à 61 ans, après huit années passées en détention pour "incitation à la subversion" de l’État. Il avait cosigné un appel en faveur d’élections libres.

Les autorités n’avaient pas laissé cet homme, symbole de la lutte pour la démocratie, aller se faire soigner à l’étranger, provoquant une vague d’indignation internationale. À trois jours de ce funeste anniversaire, la veuve de Liu Xiabo, Liu Xia, a enfin été autorisée à quitter son pays.

L’artiste âgée de 57 ans était en résidence surveillée par le régime communiste dans la capitale chinoise depuis maintenant plusieurs années. Cette annonce intervient au lendemain d’une rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre chinois, Li Keqiang.

"Maintenant, le harcèlement à l’encontre de sa famille doit cesser"

Son avion a décollé mardi 10 juillet au matin de Pékin, à destination d’Helsinki. Elle devrait ensuite se rendre en Allemagne, où un événement en hommage à son feu mari est prévu vendredi 13 juillet. D’après Libération, le gouvernement chinois a indiqué qu’elle allait y suivre un "traitement médical" pour lutter contre la dépression.

Amnesty International s’est réjoui, évoquant une nouvelle "fantastique". Pour William Nee, membre de l’ONG, le combat n’est toutefois pas fini. "Maintenant, le harcèlement à l’encontre de la famille de Liu Xia qui est toujours en Chine doit cesser aussi", a-t-il déclaré. Puis il a ajouté :

"Ce serait impitoyable de la part des autorités chinoises d’utiliser les proches de Liu Xia pour faire pression afin de l’empêcher de parler dans le futur."

En mai dernier, après qu’un proche de la poétesse, l’écrivain dissident Liao Yiwu, avait déclaré qu’elle était prête "à se laisser mourir", plusieurs artistes s’étaient mobilisés en lisant des poèmes de Liu Xia face caméra pour éviter qu’elle ne tombe dans l’oubli.