Mais qui diantre choisit d’appeler un ouragan Jose, Carmen ou Gilbert ?

Matthew, Irma, Katia, Jose, Tomas, Diane, Erika, Fifi, Dennis… Mais en fait, qui choisit le nom d’un ouragan ?

© Pixabay

Depuis 1950, une réglementation bien précise est scrupuleusement suivie : il est en effet obligatoire de nommer chaque ouragan. C’est au Centre national des ouragans (NHC) que cette tâche incombe.

Celui-ci a ainsi établi six listes de 21 prénoms chacune, la même liste revenant tous les six ans. Le premier ouragan de l’année se voit attribuer un prénom commençant par un A, le deuxième par un B, et ainsi de suite. Il s’agit donc d’un roulement bien établi.

Comme l’explique Le Figaro, durant la Seconde Guerre mondiale, on avait souvent recours à des prénoms féminins pour désigner les ouragans.

Cependant, à la fin des années 1970, des mouvements féministes se sont insurgés contre cette pratique, considérant que cela contribuait à donner une image négative des femmes. Il fut donc décidé d’alterner entre un prénom féminin et un prénom masculin pour respecter un principe d’équité.

Si les listes sont bien définies, certains noms d’ouragans en revanche, à l’instar de Katrina, responsable de la mort de plus de 1 800 personnes, sont retirés car trop ancrés dans l’inconscient collectif.

Article initialement publié en septembre 2017 et modifié le 12 septembre 2018.