Malgré les critiques, le secteur du plastique se porte comme un charme

Les contestations à l’encontre du plastique, un fléau pour l’environnement, ont beau se multiplier, l’industrie va très bien : elle a connu une croissance de 3,9 % en 2017.

© Pixabay

PlasticsEurope, une association européenne d’entreprises du secteur du plastique, a publié dernièrement un communiqué de presse titré "L’Industrie des matières plastiques, une industrie performante et contestée". Elle se félicite d’un taux de croissance notable en 2017 : "avec 348 [millions de tonnes], la production mondiale de plastiques a augmenté de 3,9 %."

PlasticsEurope note en revanche une "nette redistribution des cartes". En dix ans, l’Europe a baissé sa consommation de 7 %. Quant à la Chine, elle est devenue en 2017 le plus gros producteur de plastiques au monde. "Si l’on additionne la Chine, le Japon et le reste de l’Asie, ce sont 50 % des plastiques qui sont produits dans cette région du monde", ajoute PlasticsEurope.

Les Français sont les mauvais élèves de l’Europe : "on produit plus de PET [polytéréphtalate d’éthylène, ndlr] en France qu’en Europe", écrit PlasticsEurope, avant de préciser qu’il s’agit "[de l’une] des spécificités de la France, qui est très grande productrice de bouteilles plastiques."

En dix ans, la production des plastiques dans le monde a augmenté d’un tiers, ce qui est non négligeable. Pourtant, les industriels expliquent que les plastiques "paient peut-être la rançon de leur succès" et pâtissent d’une mauvaise publicité à cause des "effets supposés sur la santé et leur impact sur l’environnement".

Le navigateur Benoît Lecomte traverse l’océan Atlantique à la nage pour alerter sur la pollution des océans. Il nous a raconté ce qu’il a vu : "C’est assez hallucinant le nombre de plastiques que nous avons trouvés depuis notre départ. Tous les jours, nous en retrouvons […], pas un morceau, mais une multitude."