Christiane Taubira en grève de la faim devant l’Ambassade de Russie pour soutenir Oleg Sentsov

D’autres personnalités politiques et artistiques devraient se relayer devant l’enceinte diplomatique pour créer une "chaîne illimitée de grévistes de la faim" en soutien au cinéaste dissident enfermé en Russie.

(© Aurelien Meunier/Getty Images)

L’ancienne garde des Sceaux, Christiane Taubira, forme le premier maillon de la chaîne. En poste dès 9 heures du matin devant l’Ambassade de Russie à Paris, celle qui fut parmi les premières en France à dénoncer publiquement la détention d’Oleg Sentsov a inauguré son action militante par un discours engagé.

"On devait démarrer cette chaîne illimitée le 17 septembre, explique Christophe Ruggia, coprésident de la Société des réalisateurs de films, à l’initiative de l’action avec d’autres scénaristes, mais on a appris par Dmitri Dinzé, l’avocat d’Oleg Sentsov, et Natalia Kaplan, sa cousine, qu’Oleg Sentsov est en très mauvaise santé et que (sa disparition) sera peut-être une question de jours voire d’heures. On a plus le temps", continue le réalisateur. Cet été, Maître Dinzé avait déjà confié que son client était "prêt à mourir" pour ses idéaux. "C’est un combat de la démocratie contre l’obscurantisme" élargit Christophe Ruggia.

124e jour de grève de la faim pour Sentsov

Né en Crimée, Oleg Sentsov est un cinéaste de 42 ans ouvertement opposé à la mainmise russe sur l’Ukraine. En 2014, il participe activement à Euromaïdan, un mouvement ukrainien et proeuropéen. Quelques mois plus tard, il est enlevé par les services de renseignement russes, le FSB, et accusé de projeter un acte terroriste en Crimée. Pendant l’été 2015, la justice russe le déclare coupable de "terrorisme" et "trafic d’armes" et le condamne à 20 ans de prison dans un procès immédiatement qualifié de "stalinien" par Amnesty International. Oleg Sentsov a déjà déclaré qu’il a été victime de torture par le FSB pendant plusieurs semaines. Le cinéaste purge actuellement sa peine dans une colonie pénitentiaire du grand nord sibérien. Là-bas, il a poursuivi son combat militant et entamé une grève de la faim le 14 mai 2018 ; il ne s’alimentera qu’à la libération de "tous les prisonniers politiques sur le territoire russe" soit plus de soixante personnes selon Ouest France.

Date anniversaire

C’est par la même méthode que Christophe Ruggia espère débloquer la situation quatre mois plus tard. Après quelques heures de présence devant l’Ambassade de Russie, Christiane Taubira a "passé le flambeau" au réalisateur Laurent Cantet mais a assuré qu’elle respecterait sa grève de la faim pendant 24 heures. Chaque jour, une nouvelle personnalité prendra le relais dans le XVIe arrondissement parisien. "On veut accompagner Oleg Sentsov jusqu’au bout", qu’il s’agisse de sa libération ou de sa mort, constate, réaliste, Christophe Ruggia. Il compte sur une cinquantaine de noms pour attirer l’attention publique voire créer des émules à l’étranger, accélérer les négociations qui courent depuis plusieurs mois, interpeller le président Emmanuel Macron et envoyer un message de soutien à Oleg Sentsov : "Il n’est pas seul. Il ne doit pas penser qu’il est en train de mourir seul et dans l’anonymat comme il a pu le croire un instant en juillet."