Roumanie : l’abstention fait échouer le référendum contre le mariage gay

Seuls 20 % des électeurs ont participé à cette consultation populaire.

Un petit garçon accompagne sa mère lors du référendum sur le mariage homosexuel, à Ciorogarla, en Roumanie. (© Inquam Photos/Octav Ganea via REUTERS)

Les citoyens roumains étaient appelés à se prononcer au sujet du mariage homosexuel les samedi 6 et dimanche 7 octobre, par voie référendaire. Cependant, ils n’ont pas été assez à pointer le bout de leur nez dans les bureaux de vote, entraînant par conséquent l’annulation du scrutin.

Le mariage entre personnes de même sexe est déjà interdit dans ce pays, où les unions passées à l’étranger ne sont pas reconnues. Mais si les Roumains avaient voté oui au référendum, le mariage aurait été gravé dans la Constitution comme étant "l’union librement consentie entre un homme et une femme" et non entre "époux".

Mais pour que ce scrutin soit valide, il fallait un taux de participation minimum de 30 %. Or, malgré une campagne des anti-mariage gay des plus virulentes – certains journaux n’hésitant pas à comparer la communauté LGBTQ+ aux nazis – seuls 20,41% des citoyens ont fait le déplacement.

"Les Roumains ont rejeté la haine par le boycott"

La tenue de ce référendum avait été initié par une pétition, qui avait reçu un fort appui de l’Église orthodoxe et recueilli trois millions de signatures, dans un pays qui compte moins de 20 millions d’habitants.

"Les Roumains ont rejeté la haine par le boycott", s’est félicitée dimanche sur Facebook l’association de défense des droits des personnes LGBTQ+ Accept. Ses membres se sont réjouis :

"Ensemble, par le boycott, nous avons montré que nous, citoyens, voulons une Roumanie de valeurs démocratiques, un pays où le respect, l’égalité et le bon sens de la société."

Le président de l’association, Florin Buhuceanu, a ajouté : "Il est temps pour l’État roumain, par l’intermédiaire des autorités compétentes, d’assurer l’égalité des droits et des obligations pour les couples de même sexe."