Réservé, modèle, égocentrique et moyen : voici les quatre types de personnalités selon la science

La majorité d’entre nous appartiendrait à la catégorie "gens moyens".

Chris Madden via Getty Images

Relayée mardi 18 septembre par le Time magazine, une étude réalisée par des chercheurs de l’université Northwestern dans l’Illinois révèle qu’il est possible de classer les individus en quatre grands groupes en fonction de leur personnalité : réservé, modèle, égocentrique et moyen.

C’est la première étude de cette ampleur réalisée sur le sujet. 1,5 million de personnes ont été interrogées. Comment en arrive-t-on à ces quatre grands modèles ?

L’étude part du postulat qu’il y a chez chaque individu 5 grands traits de caractère : le névrotisme, l’extraversion, l’ouverture d’esprit, l’amabilité et la rigueur. C’est en quantifiant la proportion de chacun de ces traits de caractère chez quelqu’un, que l’on peut déterminer s’il est plutôt moyen, réservé, égocentrique ou modèle.

Les personnes interrogées devaient noter à quel point elles étaient en accord ou non avec telle ou telle affirmation. Par exemple : "Je garde mes distances avec les autres" ou encore "J’ai peur d’attirer l’attention", comme le rapporte Science Magazine.

Les plus jeunes ont tendance à avoir une personnalité égocentrique

Quel type de personnes se cache donc derrière "les gens moyens" – la catégorie la plus répandue selon l’étude ? Ce sont des personnes aimables, rigoureuses, assez extraverties et névrotiques. En revanche elles ne sont pas vraiment ouvertes.

L’étude classe dans la catégorie égocentrique, les personnes extraverties qui ont eu un score inférieur à la moyenne en matière d’ouverture d’esprit, d’amabilité et de rigueur.

Les réservés ont un score moyen partout sauf en matière d’ouverture d’esprit et de névrotisme. Enfin les personnes dites modèles sont peu névrotiques et présentent des niveaux élevés d’extraversion, d’amabilité et de rigueur.

Selon cette étude les jeunes ont plutôt tendance à avoir une personnalité égocentrique, alors que leurs aînés et les femmes tendent plutôt vers la personnalité "modèle".

Cela reste très basique. Un des coauteurs de l’étude, Martin Gerlach reconnaît bien volontiers les limites d’une telle classification : "Tracer des frontières autour des gens et à la fois difficile et arbitraire. De plus les traits de caractère peuvent évoluer en fonction de l’âge", explique-t-il au Time.