Yémen : Amal Hussain, la fillette qui faisait la Une du New York Times, est décédée à l’âge de 7 ans

La petite fille était devenue un symbole de la crise yéménite.

Mohammed Hamoud (© Getty Images)

Le New York Times la publiait à la Une de son article titré "La tragédie de la guerre de l’Arabie saoudite" la semaine dernière, jeudi 1 er novembre, le journal annonce son décès : Amal Hussain avait 7 ans. Corps squelettique, profil scotchant, traits creusés et regard fuyant : l’état de dénutrition de la fillette avait mis en lumière la situation dramatique que connaît le Yémen, en proie à une famine ravageante.

Amal est décédée trois jours après avoir quitté l’hôpital où elle avait été prise en charge, à Aslam, dans le nord-ouest du pays. Sa famille n’avait pas assez d’argent pour l’emmener dans un dispensaire de Médecins sans frontières, le prix de l’essence ayant augmenté de 45 %, elle a donc perdu la vie dans un camp de réfugiés. C’est le journaliste Michael Slackman qui l’a annoncé sur son compte Twitter par ces mots :

Sa mère, Mariam Ali, a déclaré, en larmes : "Mon cœur est brisé" et a expliqué être inquiète pour ses autres enfants. La malnutrition et la famine ravagent tout le pays et menacent de mort des centaines de milliers d’enfants yéménites.

Il y a deux semaines, l’Organisation des Nations unies alertait sur la situation du pays, avertissant sur la probabilité que 14 millions de Yéménites se retrouvent en situation de "pré-famine" dans les mois à venir.

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock, qualifiait la situation humanitaire au Yémen de "pire au monde".