"À 16 ans, j’ai décidé de me raser la tête pour être invisible"

"Pourquoi est-ce que le corps que j’ai crée-t-il autant de problèmes ? Regardez-le ! Est-ce que ça, c’est si menaçant ?"

L’actrice franco-iranienne Golshifteh Farahani prête sa voix au film d’animation Parvana, réalisé par Nora Twomey, qui sortira en salles le 27 juin. L’histoire qu’il raconte, celle d’une petite fille afghane forcée de se couper les cheveux et de se faire passer pour un petit garçon pour faire vivre sa famille, Golshifteh l’a vécue de manière un peu différente dans son pays natal, l’Iran.

Après une attaque à l’acide, elle se rase la tête pour "devenir invisible" et pouvoir faire du vélo : "J’ai juste réalisé que c’était génial d’être un garçon et de ne pas être obligée de porter le foulard […], ce n’était pas un acte de rébellion, c’est banal en Iran", explique-t-elle.

L’actrice, optimiste et engagée, a accepté de nous raconter son enfance iranienne, de nous parler de sa vision du féminisme, de revenir sur les séances de photos nues qu’elle a accepté de faire et d’évoquer le besoin français de "victimiser" les choses ailleurs dans le monde pour "exister" : "Il faut rendre l’impossible possible, soyez positives, la vie est belle partout !", conclut-elle.