Centres de rétention : "Il y a un climat de déshumanisation très fort"

"Les policiers, très souvent, ne les appellent même pas par leur nom, mais par leur numéro de procès-verbaux."

47 000. C'est le nombre de personnes, hommes, femmes et enfants, qui ont été enfermées en centres de rétention en France, en 2017. Un chiffre dévoilé mardi dans un rapport annuel rédigé par six associations d’aide aux migrants (AssFamForum Réfugiés, France Terre d’asile, la Cimade, l’Ordre de Malte et Solidarité Mayotte), qui dénonce la politique de la France vis-à-vis des migrants.

"Il y a un climat de déshumanisation qui est très fort"explique Clémence Lormier, accompagnatrice juridique pour La Cimade au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, le plus grand de France. "Les policiers, très souvent, ne les appellent même pas par leur nom, mais par leur numéro de procès-verbaux." Elle revient pour Konbini News sur les conditions d'enfermement des personnes en situation irrégulière en France.