Dopage dans le cyclisme : " Vous passez pour un criminel, pour un voleur, tout s’écroule"

"C’était un protocole qui me paraissait à l’époque tout à fait normal, professionnel, voire légal."

"On peut aisément dire qu’à l’époque, tout le monde fonctionnait dans les mêmes proportions" : en 1998, le coureur cycliste, Christophe Moreau, a été contrôlé positif à un anabolisant. Pour Konbini News, il accepte de revenir sur "l’affaire Festina" et l’exclusion de son équipe du Tour de France qui en a découlé.

L’ancien coéquipier de Richard Virenque évoque également les suites du scandale : "Vos amis, votre commerçant, votre boucher, votre boulanger… Vous passez pour un criminel, pour un voleur, et c’est clair que tout s’écroule". Il confie enfin être encore animé d’un sentiment d’injustice :

"Derrière, pendant sept ans, il y a eu un festival américain encore plus honteux que l’affaire Festina. Le règne d’Armstrong, c’est ça qui me fait le plus mal au bide. […]

Quand on fait une connerie et qu’on dépasse les limites, on doit payer. On a payé, mais ça n’a pas servi au vélo les sept années suivantes."