Grève à Air France : "On ne lutte pas par caprice"

"En cas de mouvement social, un masque à oxygène tombera devant vous."

Olivier, steward chez Air France, nous explique pourquoi il fait grève. "On ne lutte pas par caprice", assure-t-il avant d’approfondir : lors de la crise financière de 2008, lui et ses collègues ont donné "24 % de [leur] productivité en plus" et gelé leur salaire. Dix ans plus tard, alors que l’entreprise vient de "faire le chiffre d’affaires le plus important" depuis sa création en 1933, les salariés voient comme une insulte le "'pourboire' de 1 %" qui leur est proposé, quand, dans le même temps, la direction "s’est augmentée de 40 %" sur sept ans.