Plan banlieue : "Il faudrait un médiateur qui mette en relation les deux mondes"

"On s’intéresse toujours à la banlieue en dernier."

Mardi 22 mai, Emmanuel Macron a évoqué la situation des banlieues françaises. Le président de l’UDI Jean-Louis Borloo lui avait remis son rapport sur le sujet en avril dernier, mais très peu de ses propositions ont été retenues.

Axel Roux et Pierre Angelergues se sont rendus dans la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (91) ce week-end. Ils ont demandé aux habitants ce qu’ils changeraient pour réformer les banlieues s’ils le pouvaient. Tous plébiscitent des espaces verts, un meilleur système de ramassage des poubelles ou un système de transports mieux développé, mais aussi et surtout une meilleure accessibilité pour les jeunes de banlieue au monde professionnel.

Pour Max, directeur d’une MJC, il faut "faire le nécessaire pour que les entreprises prennent de plus en plus de jeunes issus de quartiers, en apprentissage". Idem pour Sinan, qui est étudiant. Le jeune homme souhaiterait qu’on l’aide à développer son réseau professionnel afin qu’il "puisse trouver un stage". À ce sujet, Emmanuel Macron a promis que 30 000 stages allaient être proposés par l’État et les entreprises aux élèves de troisième.

Selon lui, la meilleure solution serait un médiateur : "La population des quartiers est la plus à même de savoir les mesures qu’il faut prendre. Il faudrait un médiateur qui mette en relation les deux mondes."