Valentina Milluzzo, morte parce qu’on a refusé qu’elle se fasse avorter

"Il m'a dit : 'Madame, tant que les deux petits cœurs battent, je ne peux rien faire car je suis objecteur de conscience.'"

En Italie, où Hugo Clément et Clément Brelet se sont rendus, les droits des femmes reculent d’année en année. À Rome, 80 % des médecins refusent de pratiquer l'IVG. Les gynécologues progressistes sont de moins en moins nombreux, peu à peu remplacés par des religieux, qui se déclarent "objecteurs de conscience".

Et les femmes en paient le prix, avec des conséquences dramatiques. Ce fut le cas de Valentina Milluzzo, qui est morte d'une septicémie à l'âge de 32 ans en octobre 2016 parce qu'aucun médecin n'a accepté de la faire avorter, malgré le danger qu'encourait la jeune femme.