Mayotte : "On est abandonnés par la France"

"C’est une honte, Monsieur Macron, c’est une honte de nous abandonner comme ça."

La colère gronde à Mayotte. Et une phrase est sur toutes les lèvres : "On en a marre." Depuis le 20 février, le département est bloqué par une grève générale et de grandes manifestations. 84 % des Mahorais vivent sous le seuil de pauvreté. Hugo Clément et Clément Brelet se sont rendus dans la capitale de Mayotte, Mamoudzou, pour rencontrer ses habitants et comprendre les motivations de leur colère.

Ces derniers protestent contre une insécurité grandissante et un taux de délinquance parmi les plus élevés de France. Beaucoup associent ces vols et agressions à la vague d’immigration illégale en provenance des Comores. Les Mahorais cherchent à attirer l’attention du gouvernement, dont aucun membre n’a pour l’instant fait le déplacement sur place.