VIH : "Il y a une solution pour éviter de nouvelles contaminations"

"Je prenais des risques, je baisais sans capote."

Julien a 25 ans et est étudiant. Il nous parle de son usage de la PrEP, un médicament qui permet d’éviter une contamination au VIH, pour "prévenir plutôt que guérir", et nous explique son fonctionnement.

Toutefois, la PrEP ne protège pas des autres maladies sexuellement transmissibles et ne dispense pas de se protéger. "Ça fait partie d’un éventail, il ne faut pas oublier les capotes", rappelle le jeune homme, qui explique que "ça n’a pas changé [ses] habitudes" : "Je ne fais pas du sans capote tous les jours."

Le SIDA reste une réalité, dont Lucie, une jeune femme séropositive, avait accepté de témoigner sur Konbini. Publiée il y a quatre ans, cette "lettre ouverte à une jeunesse inconsciente", rédigée pour que les jeunes de "sa tranche d’âge se prennent une claque", est toujours et encore d’actualité.